Ville d'Hiver

Une surprenante balade dans le temps

Sur 10 hectares, la Ville d’Hiver d’Arcachon a vu se construire l’un des ensembles les plus originaux de villas du XIXe siècle et du début du XXe. Ce quartier, sur les hauteurs de la ville, est un petit paradis d’architecture et de fantaisie. Chaque villa raconte une histoire, celle de la naissance d’Arcachon, devenu grâce aux frères Pereire un haut lieu de villégiature de la Belle Epoque.

 

Un vrai paradis d’architecture et de fantaisie

La Ville d’Hiver est une mosaïque de constructions toutes plus excentriques les unes que les autres. Les architectes de l’époque ont de toute évidence fait preuve d’une imagination délirante pour doter ces villas, chalets suisses, manoirs gothiques ou pavillons mauresques de balcons aux ajouts ciselés, tourelles, colonnades, façades néo-classiques, toitures extravagantes, escaliers singuliers, vérandas et jardins exotiques.

Avec ou sans parapluie

Déambuler dans les rues entrelacées de Ville d’Hiver, c’est un peu faire une balade dans le temps. Qu’il fasse beau, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, avec ou sans parapluie, le cadre est enchanteur. L’itinéraire peut commencer depuis la villa Teresa (dans un style hispano-mauresque), pour rejoindre la villa Toledo (style hispanique avec un escalier travaillé en trompe l’œil), la villa Alexandre Dumas (d’une grande richesse décorative), la villa Vincenette (habillée de ses bow windows), la villa Brémontier (une re-interprétation du chalet suisse), la villa Trocadéro (près de la place Brémontier), la villa Carmen (faite de pierre et de briques).

On n’y pratique plus la chasse à courre depuis longtemps !

C’est l’un des fleurons de la Ville d’hiver ; la place Fleming, anciennement appelée place des Palmiers. Elle abrite un très joli kiosque à musique, tout de blanc vêtu installé en 1893. On y donnait alors des concerts chaque dimanche d’hiver. De là, partaient également des chasses à courre, un sport très prisé à l’époque. Des personnalités comme le roi d’Espagne Alphonse XII, Elisabeth d’Autriche (Sissi), ou le Prince de Galles s’y sont arrêtes.  Une fête y est organisée chaque été. Les riverains, en tenues d’époque, rendent hommage à ce que certains appellent encore les Années folles.