© VACHERON ALAIN

Les Abatilles

Une incroyable découverte

La Source des Abatilles fut découverte par hasard en 1923 par l’ingénieur Louis Le Marié, lors d’un forage de prospection pour trouver du pétrole.

Il y trouva en fait de l’eau, une eau chaude sulfureuse à 25°C. Cette source, la plus profonde de France, fut exploitée à partir de 1925, date à laquelle elle est reconnue par le corps médical pour ses qualités thermales.

Elle est baptisée Sainte-Anne, en hommage à la sainte patronne de Bretagne, Louis Le Marié étant breton d’origine.

Légère et pure

L’eau est puisée à 472 mètres. Cette profondeur unique en France agit comme une barrière géologique naturelle contre tout type de pollution, faisant de cette eau minérale une des rares eaux en France à afficher un niveau zéro nitrate.

Cette profondeur permet également de filtrer tous les excédents de minéraux à travers les nombreuses couches de sable, de calcaire et d’argile que l’eau traverse jusqu’à l’émergence.

Ainsi, avec un taux de 354 mg/l de résidus secs (sels dissous), elle figure dans la liste très restreinte des eaux françaises faiblement minéralisées, neutres pour l’organisme, ce qui lui permet d’être éliminée sans effort et lui confère des vertus détoxifiantes.

À chacun son eau

L’eau des Abatilles se conjugue aujourd’hui au pluriel, avec plusieurs gammes et des présentations différentes. Il y a d’abord la petite et la grande bouteille, en eau plate, pour tous les jours. Il y a ensuite le “Grand cru de l’eau – La Bordelaise”, en bouteille bordelaise, très élégante, en eau plate ou finement pétillante qui connaît un grand succès à table.

 

Suivez le guide

Envie de découvrir les secrets de la Source ? Des visites guidées sont organisées tous les mardis et jeudis de l’année à partir de 10h. Au programme : visite du petit musée de la Source où l’on vous raconte la fabuleuse histoire de la saga Abatilles, visite de l’usine d’embouteillage pour découvrir les différentes étapes de production, dégustation directement à la Source, où l’eau sort à son émergence à 25°C.