© Christian

Christian Moguérou, journaliste‑auteur‑blogueur

Journaliste, auteur, blogueur, Christian Moguérou a été aimenté professionnellement par Paris mais attiré irrésistiblement par le Bassin d’Arcachon qu’il sublime par ses mots et ses photos.

« Vingt-cinq ans de vie commune, presque la moitié de ma vie, ce n’est plus une union libre, c’est un mariage. Ce ne sont plus des vacances, c’est un déménagement. Ce n’est plus un décor, c’est le papier peint d’une existence. Fou du Bassin, je le suis devenu instantanément (…) « 

Christian Moguérou clame son amour charnel pur le bassin d’Arcachon dans son livre « Fou du Bassin » paru aux éditions Erick Bonnier en juillet 2020 en plein Coronavirus. Né à La Rochelle, ce journaliste et auteur a construit sa carrière professionnelle à Paris. Créateur et rédacteur en chef de nombreux magazines (Jalouse, l’Optimum, VSD, La Parisienne), il a aussi fondé en 2007 sa propre maison de production maedias. Mais c’est autour du Bassin que sa vie personnelle s’est tissée : mariage à La Teste de Buch, premiers pas de sa fille sur nos plages, parents à Arcachon et livre intimiste sur le Bassin. Et s’il continue de faire couler l’encre, notamment via des collaborations avec La Dépêche du Bassin, c’est sur le Bassin qu’il envisage de jeter l’ancre. « Tout ici m’inspire. Mes yeux ne sont jamais fatigués. A chaque fois que je retourne sur Paris, le fossé se creuse. » Comme tant de touristes, Christian Moguérou a connu le Bassin été parés été. Il a multiplié ensuite les allées et venues hors saison. Sa volonté de changer de vue et de projets d’édition ont fait le reste. L’auteur a signé par le passé l’ouvrage iconoclaste « Guide de survie du Cap Ferret » avec Pascal Bataille. Son premier livre « Journal d’un mâle poli » publié en 2017na été écrit entre Paris, le Cap-Ferret et Arcachon. Depuis, son immersion dans le Bassin ne cesse de s’amplifier…

UN DEFENSEUR DU BASSIN

« J’ai vu 1000 paysages sur 70 km de circonférence. J’ai arpenté le territoire sans jamais me lasser, du Pyla à Andernos, de Petit Piquey à Audenge, de Taussat à la Ville d’Hiver d’Arcachon. J’essaie de traduire ce vécu avec des mots et des photos. »
Christian Moguérou porte un regard aiguisé sur le Bassin qu’il partage sur les réseaux sociaux. Ses clichés et textes sont visibles sur Instagram (@thefousdebassin). « Je dispose d’un stock important de prises de vue. Je travaille à une sélection en orévision d’une exposition à terme ». Disposant de plusieurs comptes Facebook, notre homme passionné de littératures résiste à la quête de followers, préférant la qualité à la quantité. Un axiome qu’il prône aussi en matière de tourisme qui doit être durable, responsable et raisonné. « J’ai été choqué par certains comportements l’été dzrnier. Si on vient sur le Bassin, la première des choses est de le respecter. Chaque personne qui séjournedans ce territoire doit prendre conscience de ce privilège. Les communes du Bassin ne sont pas des stations balnéaires qui s’éteignent avec le départ des deniers touristes. Le coeur du Bassin vit toute l’année avec un écosystéme et un environnement à protéger. »