© VACHERON ALAIN

Découvrir le quartier de l'Aiguillon / Saint‑Ferdinand

Suivez le guide !

Nous avons demandé à Valérie Sutra, guide conférencière indépendante, de nous faire découvrir les petites et grandes histoires du quartier de l’Aiguillon/Saint-Ferdinand. Embarquement immédiat pour une visite tonifiante aux confins de la naissance d’Arcachon…

Pour comprendre l’âme de ce quartier situé à l’est de la ville, Valérie Sutra nous emmène au port. Elle nous invite à imaginer sur place un paysage de vase et de pins maritimes qui a connu de tout temps une activité halieutique. L’essor de la pêche côtière et en haute mer au cours du 19ème siècle confère à ce quartier qui bat alors sous pavillon testerin une certaine dynamique.

Sur l’origine de son nom, les avis d’experts divergent. « L’hypothèse la plus probable fait référence à la géométrie du quartier qui a la forme d’une aiguille » souligne notre guide.

L’âge d’or du port d’Arcachon

Valérie Sutra détaille avec précision l’essor du port d’Arcachon qui doit beaucoup à un phénomène marin étonnant de la fin du 19ème siècle. « Les courants de l’Atlantique ont poussé vers nos côtes d’innombrables bancs de sardines qui se trouvaient au large de la Bretagne. L’activité est florissante. Les conserveries bretonnes ont notamment suivi le poisson et se sont installées sur le Bassin, ce qui explique les noms bretons donnés à de nombreuses villas  locales. »

Le quartier de l’Aiguillon bouillonne d’une culture marine et ouvrière dont on ressent encore aujourd’hui l’authenticité. Pendant l’Entre-deux-Guerres, les sardines font malheureusement demi-tour. Le port change de stratégie et privilégie la qualité à la quantité, à l’image des poissons nobles qui font toujours les beaux jours de la criée d’Arcachon : la sole, le bar, la daurade, le turbot ou encore la seiche… Notre guide précise aussi les dangers « des passes d’Arcachon », le nom donné à l’entrée du bassin d’Arcachon entre la Dune du Pilat et la pointe du Cap Ferret. Il s’agit de chenaux étroits balayés par les vagues et les courants qui constituent une zone de navigation particulièrement dangereuse, à l’origine par le passé et encore maintenant de naufrages dramatiques…

Une balade rafraîchissante

La promenade de 3 km et d’une durée de 2h environ se poursuit le long du port où l’on vous invite plus particulièrement à scruter les bateaux typiques d’Arcachon amarrés au quai Patrimoine. Elle se poursuit en direction de la Pointe de l’Aiguillon jusqu’à la limite de la ville où Valérie Sutra s’amuse à vous expliquer comment savoir si vous êtes toujours sur Arcachon ou déjà dans la commune voisine de La Teste. Le retour par des rues calmes permet de découvrir des maisons arcachonnaises pur jus ainsi que de belles villas de villégiature.

Venir jusqu’à Arcachon s’apparentait alors à une expédition puisqu’il fallait prendre le train jusqu’à Bordeaux, puis un chariot sur des routes chaotiques. Avouez que c’est quand même plus simple aujourd’hui ! N’hésitez pas grâce à un guide conférencier (1) ou par vous-même à vous promener dans ce quartier riche d’histoire qu’on appelle l’Aiguillon/Saint-Ferdinand.

(1) Il existe plusieurs guides conférenciers sur Arcachon qui proposent des visites payantes sur réservation. Contacter l’Office de Tourisme pour une visite privatisée.

Le quartier de l’Aiguillon aujourd’hui

Niché à cheval entre la Ville d’Automne d’Arcachon et La Teste de Buch, le quartier de l’Aiguillon séduit les visiteurs pour son authenticité. De l’église Saint-Ferdinand aux cabanes colorées des pêcheurs à la Pointe de l’Aiguillon en passant par le port, découvrez les multiples points de vue du site. Très vivant et commerçant, ce quartier se visite à pied ou en vélo. Il compte par ailleurs de très nombreux « petits restaurants sympas et accessibles » de l’aveu de nombreux touristes. Et si vous aimez les huîtres, une pause déjeuner s’impose à la seule cabane du quartier, la Cabane de l’Aiguillon, située au bout du boulevard Pierre Loti.

En hommage aux marins

Monument dédié aux marins péris en mer, la stèle située à l’entrée du port au bout de la jetée constitue une œuvre à découvrir. Selon l’endroit d’où on la regarde, cette statue émouvante prend la forme d’une ancre ou d’une croix. Elle permet aussi de faire connaissance avec son créateur, le sculpteur Claude Bouscau. Cet Arcachonnais, issu d’une famille de marins, a été lauréat du Premier Grand Prix de Rome.

L’église Saint-Ferdinand d’hier à aujourd’hui

L’Église Saint-Ferdinand constitue l’épicentre du quartier de l’Aiguillon tourné vers la mer e t ses pêcheurs. Bénite par le cardinal Ferdinand Donnet, elle est ornée de sa statue emblématique Sacré-Cœur créée par le sculpteur Edmond Chrétien.

L’Église actuelle, d’inspiration romane, a subi de nombreuses rénovations et constitue le port d’attache spirituel de tout le quartier.