Jetée ThiersJetée Thiers
©Jetée Thiers
Voyagez, Partagez, Préservez

Les jetées d’Arcachon : un lien entre terre et mer

Lieux de promenade par excellence, les jetées d’Arcachon constituent un lien entre le monde terrestre et l’univers maritime. Embarcadères pour les bateaux et pontons pour les pêcheurs, ces constructions sur pilotis protègent également de l’impétuosité des vagues. Qui, mieux que des guides conférencières, pouvaient présenter en quelques lignes les cinq jetées d’Arcachon ?

Jetée Thiers : « la reine des jetées arcachonnaises »

« Nommée « Nouvelle jetée » en 1903, elle prend le nom définitif de « Thiers » en 1907, en souvenir de la venue du premier Président de la 3ème République. Remaniée à plusieurs reprises, elle a été entièrement refaite en 2003. Située au cœur de la ville, la jetée la plus connue d’Arcachon a été construite afin d’offrir un espace supplémentaire de promenade et proposer des départs en bateaux. Imaginez le nombre de passagers qui ont transité depuis. Les petites histoires et anecdotes ne manquent pas !

La jetée Thiers a également été le témoin de toutes les animations arcachonnaises : Fêtes de la mer, régates de voiliers, feux d’artifice, concours de châteaux de sable, concerts de musique, célébrations religieuses… Aujourd’hui, nombreux sont les promeneurs qui aiment flâner sous les candélabres en direction du musoir. L’occasion aussi pour les grands comme pour les petits de « chausser » les empreintes des pieds des plus grands navigateurs contemporains ! « 

Les visites de Christel – Christel SANTURENNE

L’esprit marin de la jetée de la Chapelle

« Face à la Basilique Notre Dame, au bout de l’allée avançant vers le Bassin, il y a cette petite jetée pittoresque : la jetée de la Chapelle ! Et cette croix monumentale : la Croix des Marins !

Cette copie datant de 1980 a remplacé celle de 1865, détruite accidentellement et que saluaient autrefois les sirènes des chalutiers. Mais la première croix date de 1722…trés certainement une modeste croix de bois.

Cette jetée est l’endroit idéal pour se relaxer en lisant, regarder les pêcheurs lancer leurs lignes au-dessus du fameux « trou Saint Yves », le point le plus profond du Bassin (30 mètres) où reposent des chalutiers, des bateaux et même un Mystère IV. En novembre 1969, cet avion s’est écrasé au large de la plage Pereire aprés avoir fait un spectaculaire plongeon. Les pêcheurs l’ont remorqué jusqu’à cette fameuse fosse bien connue des plongeurs. Un petit abîme dans un champ de dunes sous-marines qui se sont affaissées brutalement. »

Sandrine BOUC

Il était une fois…la jetée du Moulleau

« A la fin des années 1890, James Veyrier Montagnères, Maire d’Arcachon, s’installe dans sa villa du Moulleau. Il entreprend de développer ce quartier éloigné du centre ville. En 1899, il y fait construire une jetée embarcadère en bois, juste à côté du Grand Hôtel. En 1932 elle est reconstruite en béton afin de mieux résister aux éléments. Mais savez-vous qu’il y a eu deux jetées au Moulleau ? Celle d’origine se trouvait à gauche du Grand-Hôtel. Ce n’est qu’en 1973 qu’elle est déplacée sur la droite, dans l’axe de l’église Notre Dame des Passes et du phare du Cap Ferret. « 

L’Anecdote – Valérie SUTRA

L’aventure de la jetée Legallais

« L’aventurier François Legallais rencontre en 1811 une riche Testerine qu’il épouse. Grâce à son dot, il crée en 1823 à l’est d’Eyrac le premier hôtel de bains de mer  sur les bords du Bassin. La jetée, qui porte son nom, fût construite en 1898, dans le prolongement de la rue du même nom.

Plusieurs fois emportée par la mer et reconstruite, comme lors des tempêtes de 1905 et 1919. Elle a aussi servi un temps de base pour les départs de régates, de par sa proximité avec le Grand Hôtel et sa clientèle fortunée. Incorporée au boulevard-promenade en 1936, elle fut transformée en épi de protection contre les courants. »

Myriam MADEC

Jetée Pierre Lataillade : la doyenne

« Construite en 1945, la jetée d’Eyrac a pris le nom de la jetée Pierre Lataillade, ancien Maire d’Arcachon, décédé en 2020.

A l’origine, elle était entièrement en bois puis a été reconstruite en 1903 en béton armé pour résister aux tempêtes. Elle a connu une grande effervescence avant même la création de la ville d’Arcachon en 1857. A l’époque, la ligne de chemin de fer s’arrêtait à La Teste. Afin de bénéficier de la station balnéeaire, les voyageurs devaient prendre un bateau pour ensuite débarquer à la jetée d’Eyrac. Elle fût aussi un lieu de travail privilégié des pêcheurs, surtout de sardines, dont Arcachon devint le premier port de pêche en 1910. Des marchands d’huîtres du Bassin y proposaient des dégustations, ils sont remplacés aujourd’hui par un manège de chevaux de bois. »

Virginie BERNAT et Elisabeth LAFARGUE

Laissez-vous guider

Tous les guides cités ici intègrent la visite d’une ou plusieurs jetées dans leur circuit découverte de la ville. N’hésitez pas à les contacter pour organiser ou participer à une visite commentée.