Marie – Claude Pietragalla

Figure emblématique de la danse, Marie-Claude Pietragalla fête ses 40 ans de scène en 2020. L ’occasion d’évoquer son dernier spectacle, mais aussi de l’écouter parler d’Arcachon, une ville qu’elle apprécie et qu’elle souhaite mieux découvrir encore…

EN BREF

Marie-ClaudePietragalla intègre à 16 ans le corps de ballet de l’Opéra de Paris avant d’en devenir danseuse étoile de 1990 à 1998. Parallèlement, elle s’illustre en danse contemporaine puis devient chorégraphe. Depuis 2004, elle a fondé avec le danseur Julien Derouault le Théâtre du Corps, lieu de rencontre entre toutes les danses. Celle qui a travaillé avec les plus grands chorégraphes ou danseurs (Maurice Béjart, Rudolf Noureev, Patrick Dupont…) constitue une référence artistique au plan international. Éclectique, elle s’ouvre à d’autres disciplines. Elle a notamment joué dans une pièce de théâtre de et avec Eric Emmanuel Schmitt.

Trailer de "La Femme Qui Danse", spectacle de Marie - Claude Pietragalla
Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante


Quelles sont vos relations avec notre région ? 

Je suis née d’un père corse et d’une mère bordelaise qui n’est restée que peu de temps en Gironde. Personnellement, je ne connais Bordeaux qu’à travers mes déplacements professionnels. Même chose pour Arcachon, même si le remarquable festival de danse Cadences en septembre 2019 auquel j’ai participé et le Master Class que j’ai organisé m’ont permis de découvrir ses charmes…

La ville d’Arcachon que vous avez découverte était-elle conforme à l’idée que vous vous en faisiez ? 

J’ai ressenti la chaleur et la douceur d’une station balnéaire où il fait bon vivre. J’ai aimé me promener boulevard de la Plage et sur le chemin du Théâtre. Le décor naturel d’Arcachon se prête totalement au monde des arts et de la danse…

Qu’est-ce qui fait qu’Arcachon vous semble en osmose avec le thème de la danse ?

Son paysage et son environnement sont propices à l’errance, à l’imagination, au rêve. La mer, le sable, le soleil et tous les éléments naturels et patrimoniaux confèrent à ce lieu une poésie particulière. J’ai pu le vérifier à l’occasion du festival de danse Cadences. Il flottait dans l’air une ambiance festive et une luminosité exceptionnelle. Il faut féliciter votre ville qui fait le pari d’organiser cet événement qui rassemble tous les publics. Je remarque d’ailleurs que tous les festivals de danse, à Paris ou en Province et quelles que soient leurs esthétiques, connaissent un succès populaire.